Zero-Waste-formation

Formation Zero Waste

Posted on 2015/02/16

La première formation à la démarche Zero Waste a eu lieu les 14 et 15 janvier. En tant que facilitatrice en intelligence collective, j’ai bénévolement (je suis membre du Conseil d’administration de Zero Waste France) co-conçu, co-facilité et participé à tenir le cadre cette formation.

Dotée de son expertise (plaidoyer, juridique, thématiques, communautés et mobilisation, intelligence collective etc.), l’équipe Zero Waste France avait convié  élus et techniciens à venir en binôme. La diversité des territoires présentes était riche: villes, territoires,   collectivité d’un DOM, et un TOM (l’archipel de Saint Pierre et Miquelon). Le tout offrant une kyrielle de situations, d’expériences, de difficultés et de solutions; des ingrédients clés pour une formation en intelligence collective.

A la découverte de la démarche Zero Waste

Le point de départ a été de comprendre la démarche Zero Waste avec Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France et auteur du Scénario Zero Waste (dessin d’Hélène Pouille).

Nous avons ensuite exploré la diversité des actions qui contribuent à une telle démarche en puisant dans le savoir aussi bien des formateurs que des participants. Cet exercice a permis à certains participants de réaliser que des actions qu’ils effectuaient dans leurs territoires s’inscrivaient dans une telle démarche. Les relier, les organiser, peut permettre d’esquisser leur démarche ZW et donner les appuis nécessaires pour enclencher une vraie démarche cohérente.

La technicité des enjeux

Avec Thibault Truchet (juriste) et Delphine Avares-Levi (en charge du plaidoyer), ce fut le plongeon dans les exigences réglementaires et fiscales (taxes, installations classées, etc.). Chaque aspect faisait écho aux questions et aux expériences des participants qui venaient nourrir l’expérience commune de la formation soulevant beaucoup de questions et ouvrant des pistes de solutions. Une session spéciale sur le redevance incitative sera notamment organisée pour creuser les différentes options pour réussir cette politique incitative et lever les problèmes aujourd’hui rencontrés.

Pour répondre au mieux aux problématiques des participants, nous avons listé leurs questions techniques concernant les différents types d’installation possibles pour faire le tri entre les bonnes solutions et les fausses-bonnes solutions. Delphine Alvarès-Lévi, avec sa technicité pointue de ces sujets, a passé en revu chacun pour permettre d’appréhender les avantages et les inconvénients, au regard d’une démarche Zero Waste (tri à la source des biodéchets, méthanisation, incinération, décharge, etc). Ce fut une session passionnante pour tous avec beaucoup d’enseignements à travers ce comparatif qui a pu éclairer les participants sur leurs choix d’installation.

La mobilisation de toutes les parties prenantes

Nous avons aussi exploré les questions de mobilisation à travers l’identification des acteurs clés, puis en étudiant les ingrédients de la mobilisation (voir mon article sur Mobiliser autour d’une démarche Zéro Déchet et Zéro gaspillage). La formation a aussi permis d’expérimenter plusieurs méthode d’intelligence collective (Chapeaux de Bono, World Café, brainstorming classiques, les avantages des tours de paroles, etc.)) et j’ai pu aussi faire une courte formation aux méthodes d’intelligence collective (les principes de base et les phases de l’intelligence collective, déterminer quel processus participatif, etc.).

Les exemples à suivre

En plus du partage d’expérience entre participants (par exemple, la ville de Roubaix avec ses 100 familles Zéro Déchet), les participants ont pu découvrir eux cas exemplaires le travail exemplaire (et reproductible) de réduction de 82% des déchets à Capannori (Italie) (voir fiche Zero Waste Europe en français) avec une réduction de 82% de ses déchets, et Gipuzkoa (Espagne) qui accueille désormais des touristes chinois et japonais qui viennent découvrir leur démarche ZW.

Personnellement, j’ai eu un coup de coeur pour la démarche Zero Waste à Saint Pierre et Miquelon: ce petit archipel à l’est du Canada accueille 6000 habitants. L’objectif du coordinateur de la démarche Zero Waste est de réduire les déchets de 50% en 3 ans. Et je suis certaine qu’il va y arriver grâce à la démarche qu’il met en place, ses choix d’installations et son approche. Plus dans un article, dès que j’ai du temps.

Be the first to leave a comment

Leave a Reply